Accueil > CARTE des consommations > A la table Praticiens & Clients > Mon esprit se trouvait dans un immense jardin d’enfants

Mon esprit se trouvait dans un immense jardin d’enfants

, par Claude Sarfati

IL YA QUELQUES ANNEES ALORS QUE JE VIVAIS DANS LE SUD DU MEXIQUE, J’ALLAIS CHAQUE SOIR FAIRE UN PEU DE MEDITATION SUR UNE PYRAMIDE MAYA AU COUCHER DU SOLEIL. UN SOIR, JE fis l’expérience d’une sortie de mon corps physique durant laquelle mon esprit se trouvait dans un immense jardin d’enfants qui se situait exactement dans une clairière à quelques centaines de mètres de la pyramide.

Ce lieu était devenu la propriété d’un ranch dans lequel je vivais.
Troublé par cette « vision », je n’osais en parler jusqu’au jour où le hasard me fit rencontrer l’archéologue qui travaillait sur ce site. Je lui ai demandé ce qu’il devait y avoir à l’époque où les MAYAS habitaient la région dans la région du ranch ?
-  « Un jardin d’enfant, » me répondit-il sans hésiter une seconde.

Ces visions dans le temps vers le passé ou le futur devinrent coutumières. Le Yi-king est venu comme une évidence mon support ; ensuite, le Tarot, mieux adapté à l’esprit occidental.
Ces deux MAITRES sont des langues étrangères apprises pour mieux canaliser une énergie indicible.

Comment utiliser cette faculté pour « aider son prochain » ?

Messages

  • La difficulté réside dans le fait que les gens peuvent être hermétiques à ce genre de révélations. Il est difficile d’imposer ce type de sensibilité.

    Pour partager cette faculté avec des personnes dites terre-à-terre, il faudrait soi-même retracer une logique à partir d’une vision, l’approfondir, l’analyser jusqu’à trouver un élément rationnel déclencheur. On utiliserait ensuite cet élément et on effectuerait le même parcours, en sens inverse, lorsqu’on décide d’en faire part.
    L’information brute effraie souvent les gens.
    Il faudrait employer ce don et l’exprimer avec une certaine psychologie comme le font la plupart des voyants.
    Ou bien commencer ses phrases par "hum, j’ai l’intuition que..." dans des situations plus banales qu’une consultation.

    Quoi qu’il en soit, l’utilité de cette faculté dépend de l’intiative de ceux qui la possèdent. Aider son prochain grâce à ce don, c’est en faire profiter les gens que l’on rencontre par hasard, où que l’on aille, c’est oser leur dire d’une façon ou d’une autre. Ce don provient de l’esprit, de l’âme, du coeur et ne devrait servir qu’à aider son prochain justement, demeurer spirituel et non devenir matériel. Quand je pense à cette faculté, j’ai souvent l’image d’un ange posant sa main sur l’épaule d’un être humain : un geste simple, de l’amour, la transmission de réconfort sans rien demander en retour. Cette faculté n’est pas la solution à des problèmes, elle est juste l’expression d’un esprit en harmonie avec la terre, et toutes ces énergies que l’on a tendance à transformer en flux boursiers.

    On ne se demande pas comment aider son prochain, on le fait. Car cette faculté offre également le pouvoir de transmettre. Il ne faut pas s’adresser à la raison mais à son coeur pour savoir comment opérer.

    • bsr réponse commune à claude sarfati et a florinda un peu tard je m’en excuse mais je ne trouve ces textes que ce soir car je n’avais pas remonté le forum aussi loin depuis longtemps les mots que vous employez correspondent exactement à ce que je vis depuis surtout ces dernières années après que mes "feelings" ( traduisez par "ressentis" tout simplement car je refuse d’utiliser des mots trop galvaudés et correspondant plutôt à l’utilisation qu’en font les "’professionnels", moi qui ne suit qu’un "amateur") , c’est tout à fait cela un don qui vient de l’esprit de l’âme et du coeur, inexplicable et pratiquement impalpable, car uniquement ressenti au plus profond de soi, plus particulièrement pour les enfants disparus, et ce depuis que je suis intervenue dans le cadre de ma profession (la vraie) sur les recherches d’une petite fille que l’on a malheureusment retrouvée morte et violée dans le département d’à côté... bien que j’ignore pourquoi je vis cela à présent, surtout depuis l’année 1993, année de la dispartion de cette petite fille, et même si je doute souvent car je ne comprends pas le pourquoi du comment de ce qui m’arrive à chaque fois que cela se produit, mais l’image que donne florinda me plaît, c’e’st comme l’intervention d’un ange, ou plutôt dirais je de ces "petits anges" de là haut qui nous appellent à l’aide à leur façon avec la force de l’amour, car malheueusement mes ressentis sont d’autant plus forts et précis que l’enfant n’est plus de ce monde, et j’ignore toujours pourquoi après toutes ces années. Il m’est arrivé de supplier DIEU dans mes prières que cela s’arrête tellement c’est dur à vivre mais chacun à son chemin de croix et quelquechose à accomplir ici bas à son niveau et en toute humilité, avec ses petits moyens d’être humain, avec son coeur, son esprit , son âme et surtout la force de foi, de vie et d’amour qu’il porte au plus profond de lui. Ce que je peux dire c’est que j’ai eu la chance de grandir dans une famille avec plein d’amouret, ma maman étant famille d’accueil de la DDASS, on m’a toujour appris que la vie d’un enfant est sacré, c’est pourquoi je me battrai de toutes mes forces et jusqu’au bout de ma vie (moi qui n’ai pas eu la chance d’en avoir) pour tout faire pour les protéger de ces "monstres qui rôdent toujours parmi nous" (comme le titre du livre de Karine HUTSEBAUT, femme profileur belge travaillant avec le FBI, discipline dont j’espère un jour faire ma spécilaité dans mon métier pour protéger les enfants de ces monstres pédophiles !!!) merci à des gens comme vous d’être là, et d’écrire des choses aussi belles que simples et profondes. cela fait tellement de bien à des gens comme moi qui sommes isolés à cause de ce que nous vivons, et dont les seuls en qui on puissent avoir confiance sont les vrais amis proches (donc très très peu) et les gens comme vous qui peuvent comprendre notre lot quotidien qui pèse si lourd, surtout quand on essaie de vous faire passer pour fou (y compris dans votre travail cequi est très grave car cela vous met en danger socialement), par méconnaissance ou ignorance, donc par peur de la différence, et que l’on vous juge et vous condamne par manque de compréhension de l’indicible... heureusement la foi est là, et l’amour de la vie aussi merci mon dieu ...

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?