l’AstrologiCafé (Bar àthème)

Accueil > CARTE des consommations > A la table Praticiens & Clients > Réconciliation

Réconciliation

mardi 31 août 2004, par Laurent Edouard

LE JUGEMENT (Le juge ment)

Plusieurs années se sont écoulées depuis mon départ de « la confrérie des médiums professionnels  ». Un ordre d’ailleurs parfaitement informel.

Un difficile travail intérieur parsemé de doutes, de douleurs, de désespoir parfois, mais également agrémenté par de nombreuses rencontres salutaires, aura été indispensable àla réconciliation avec ma véritable nature, celle d’un médium humaniste.

Je suis particulièrement reconnaissant envers Alain, Jean-Luc, Stefan et Annie. Sans eux, cet oubli de moi-même aurait probablement été définitif.

Je m’étais trompé.

J’ai compris que la fonction sociale de la voyance devait être préservée. Il est nécessaire et urgent d’encourager les initiatives visant àclarifier le monde de la voyance et les rapports professionnels/clients telle que celles de L’Officiel de la voyance, et de favoriser le développement d’autres actions convergentes.

J’ai accepté que ma nature, mon rôle, ma fonction dans la société soient ceux d’un « médium  ». J’ai renoué avec mes origines, au sens généalogique et héréditaire du terme, puisque ma mère est médium (non professionnelle) et avec la Tradition des « tireurs de cartes  » àlaquelle j’appartiens.

J’ai intégré le fait que chaque médium, au même titre que chaque être humain, est unique et produit par conséquent une prestation unique qu’il n’est pas souhaitable de comparer àune autre.

La nature et la qualité de l’échange opéré lors d’une consultation varient d’un médium àl’autre et d’un consultant àl’autre. Le terme même de « Médium  » est sujet àdifférentes interprétations et prête àconfusion y compris après avoir distingué le « médium-clairvoyant  » du « médium-spirite  ».

Etre « médium  » c’est avant tout se tenir àl’écoute de l’autre et lui venir en aide avec humanité, psychologie, compassion. La prestation d’un médium ne peut donc pas être évaluée sans la participation d’un collège de compétences pluridisciplinaires.

Je crois qu’un renouvellement de notre profession est en cours et je souhaite y participer. De plus en plus nombreux sont les professionnels intègres, reconnus pour leur bon sens, l’efficacité et l’utilité de leur travail.

Un code de déontologie de la profession commence àémerger. Le discours se clarifie, les mythes s’essoufflent. Le caractère sulfureux de l’activité se dissipe. Ce sont les signes de cette évolution. Alors, les dérives et les excès que j’ai précédemment dénoncés et qui sont àl’origine de mon départ sont condamnés àdisparaître. Cette révolution ne date pas d’hier. Elle était déjàamorcée il y a quatre ans ! Je n’en avais simplement pas suffisamment conscience.
Encouragé par mes pairs àexercer de nouveau mon Art de manière professionnelle, j’ai rendez-vous avec l’URSSAF ces jours-ci...

Copyright : Laurent Edouard

Messages

  • Le Bateleur (Le bas te leurre)

    Bonjour Laurent,

    Témoignage d’importance.
    Cela dit, ta réaction première était salutaire : ce coup de gueule s’originait aussi dans une dénonciation non tiède et justifiée.
    Cette "sainte colère" demeurera en toi et te rendra vigilant quant àla nécessaire "réforme" de l’intérieur de la profession.
    Tu as dénoncé "l’eau sale" mais maintenant tu gardes le "bébé".
    Juste attitude...
    Dans le temps, on appelait le "bas" d’un arcane "un cartouche" : c’était làque le nom de l’arcane se trouvait écrit ...
    Ne pas se focaliser seulement sur cette dénomination réductrice.
    Ne pas figer les images - l’image ou plutôt les images d’une lame reliées les unes aux autres au gré de ta "voyance" qui opère comme la baguette d’un sourcier àla recherche de l’eau , c’est celle-làque la Destinée t’a légué en héritage et c’est encore elle qui saura délaisser les margelles sans puits.
    Rabelais àqui est due l’appelation "taraux" la plus ancienne (1505) écrivait dans le Dialogue d’Alcibiade" s’adresssant "àce "lecteur très illustre car c’est àtoi et non àautres que s’adressent mes écrits" : "ces petites boîtes appelées Silènes , peintes au dehors de multiples couleurs et dont il faut sucer au dedans la substantifique moë lle"(je cite de mémoire)
    Soyons ce lecteur : la lecture du devenir qu’initie le Bateleur , le premier voyant du tarot.
    Le Futur est "l’inconscient structuré comme un langage"(J. Lacan) dont le Tarot permet de déchiffrer le code - parfois.

    Alain

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?